Aller au contenu principal

Professionnels partenaires

Professionnels partenaires

View

Parlons-en

View

Maladie de Parkinson : quelles sont les douleurs souvent associées à cette maladie neurodégénérative et les solutions existantes ?

La maladie de Parkinson se caractérise généralement par des troubles moteurs et des troubles cognitifs. Cette maladie neurodégénérative peut également être responsable de manifestations corporelles douloureuses. Les douleurs sont très variées et ressenties différemment d’un patient à l’autre. En effet, elles peuvent être présentes à tous les stades de la maladie et parfois même avant l’apparition des premiers symptômes (dans 10% à 20 % des cas)1.

60 à 70 % des patients parkinsoniens présentent des douleurs chroniques 2-3

La nature de la pathologie rend la détection de la douleur souvent complexe. Liée à une carence en neurotransmetteurs (la dopamine), la maladie de Parkinson affecte aussi les systèmes d’autodéfense antidouleur. Chez les malades parkinsoniens, le seuil de perception du signal douloureux est abaissé, ils sont ainsi davantage sensibles à la douleur : si l’on demande à deux groupes de personnes (l’un atteint par la maladie, l’autre non) de plonger les mains dans de l’eau froide, les patients parkinsoniens ont une sensation de froid douloureux dès 8 °C à 10 °C, alors que les autres le ressentent à 3 °C ou 4 °C1.

Quelles sont les douleurs de cette maladie neurodégénérative ?

Les manifestations douloureuses associées à la maladie de Parkinson sont multiples.Une classification clinique a été proposée différenciant cinq types de douleurs 4 :

  • musculosquelettiques
  • dystoniques
  • radiculaires
  • neuropathiques centrales
  • akathisie.

Nous nous focaliserons dans cet article sur les douleurs musculosquelettiques, neuropathiques centrales et dystoniques.

Maladie de Parkinson et douleurs musculosquelettiques

Les douleurs musculosquelettiques sont souvent inaugurales et se caractérisent par des douleurs musculaires, articulaires périphériques ou sur l’axe vertébral. Ces douleurs musculosquelettiques sont étroitement liées aux troubles moteurs de la maladie de Parkinson. On distingue les crampes musculaires avec une raideur douloureuse souvent dans le cou, au niveau des muscles paravertébraux, des mollets ou encore les douleurs périarticulaires, notamment au niveau des épaules. 

Maladie de Parkinson et les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques dites “centrales” sont difficiles à identifier, ce qui explique l’intérêt de la description verbale approfondie des symptômes de la maladie de Parkinson. En effet, les patients parlent de sensations de vibrations, de brûlures ou de picotements sur le membre le plus atteint. On distingue la douleur névritique (lésion inflammatoire d’un nerf) ou radiculaire (compression de la racine d’un nerf). Certains malades souffrent de troubles de la posture, ce qui peut engendrer une progression de l’arthrose. Ces patients parkinsoniens sont alors sujets à des sciatiques secondaires avec la compression nerveuse au niveau de la colonne vertébrale.

Des douleurs abdominales peuvent survenir avec des éructations, des nausées ou des sudations qui peuvent être d’origine intestinale, vésicale, diaphragmatique. Certains patients parkinsoniens rapportent des douleurs orales (brûlures des gencives, des joues, de la langue et des dents) ainsi que des douleurs génitales chez des femmes (sensations de vibrations dans le petit bassin, douleurs vaginales).

Maladie de Parkinson et dystonies

Les dystonies sont des troubles fréquents dans la maladie de Parkinson. Ces douleurs seraient liées à des contractures douloureuses des orteils, du pied ou plus rarement de la main survenant lors des périodes de blocage, souvent au petit matin, des dyskinésies (mouvements anormaux involontaires) douloureuses diphasiques annonçant le début du déblocage moteur (dyskinésies de début de dose) ou d’un blocage moteur (dyskinésies de fin de dose). Les dystonies surviennent généralement quand le traitement de la maladie de Parkinson perd de son effet ou entre deux prises médicamenteuses.

En cas de douleurs répétées, nous vous conseillons d’en parler avec votre médecin.

Comment soulager les douleurs liées à la maladie de Parkinson ?

Différents spécialistes sont à l’écoute pour vous aider à soulager les douleurs associées à la maladie de Parkinson :

  • le neurologue
  • le rhumatologue  (spécialiste musculosquelettique)
  • l’algologue (spécialiste de la prise en charge de la douleur, )
  • l’hépato-gastro-entérologue (spécialiste du tube digestif et des douleurs abdominales)
  • l’urologue (spécialiste des troubles urinaires)...

Ces professionnels de santé mettront en place différents processus (évaluations détaillées, entretiens ciblés, examens complémentaires….) pour définir la meilleure stratégie thérapeutique possible. Il est parfois nécessaire de combiner différentes approches médicales et thérapeutiques pour améliorer votre qualité de vie.

Source
1- https://www.franceparkinson.fr/wp-content/uploads/2016/10/France-Parkins...
2- Defazio G, Berardelli A, Fabbrini G, et al. Pain as a nonmotor symptom of Parkinson disease: evidence from a case-control study. Arch Neurol 2008 ; 65 : 1191-4.
3- Nègre-Pagès L, Regragui W, Bouhassira D, Grandjean H, Rascol O. DoPaMiP Study Group. Chronic pain in Parkinson’s disease: the cross-sectional French DoPaMiP survey. Mov Disord 2008 ; 23 : 1361-9.
4- Ford B. Pain in Parkinson’s disease. Clin Neurosci 1998 ; 5 : 63-72.