Oxygénothérapie hyperbare (OHB) et normobare : quelles différences ?

L'oxygénothérapie normobare

L’oxygénothérapie normobare consiste à administrer de l’oxygène par l'intermédiaire d’un dispositif médical pour corriger une hypoxémie (diminution de la quantité d’oxygène transportée dans le sang) ou une hypercapnie (présence excessive de CO2 dans le sang). Le traitement par oxygénothérapie normobare peut être délivré à l'hopital ou à domicile (et notamment en situation de déambulation).

L'oxygénothérapie hyperbare (OHB)

L’OHB se déroule en milieu hospitaliser dans un milieu pressurisé : une chambre hyperbare. L’oxygénothérapie hyperbare (OHB) consiste à faire respirer de l’oxygène pur (ou un mélange de gaz suroxygéné) à une pression supérieure à la pression atmosphérique normale. Ce traitement s’inscrit dans une stratégie thérapeutique globale et peut être complété par un traitement médicamenteux.

L’oxygénothérapie hyperbare est indiquée par exemple en cas de :

  • brûlure thermique
  • perte de sang importante
  • accident de décompression
  • intoxication au monoxyde de carbone
  • embolie gazeuse
  • infection nécrosante
  • abcès intracrânien

Une séance d’oxygénothérapie se déroule généralement sur 90 minutes et suit 3 étapes : 

  1. la compression lente pour permettre à la pression d'augmenter doucement
  2. l’administration en l’oxygène
  3. la décompression pour revenir à la pression atmosphérique

Quelles sont les contre-indications de l'oxygénothérapie hyperbare ?

Il existe des contres indications de l'OHB, notamment pour les enfants souffrant de cardiomyopathie congénitale.

Le changement de pression peut entraîner une gêne au niveau des oreilles et des sinus. Tout au long de la séance, l’équipe soignante hospitalière suivit le patient (température, électrocardiogramme, etc) et reste en communication avec lui.