Diabète et ambulatoire : la mise sous pompe à insuline

Publié le 08 septembre 2020

9 mins

L’observatoire O’APIday sur la prise en charge du diabète en ambulatoire livre ses premiers résultats d’inclusion

Chaque année, près de 10000 nouveaux patients diabétiques sont équipés d’une pompe à insuline1. Parmi eux, certains bénéficient d’une mise sous pompe à insuline en ambulatoire. Précurseur de cette approche depuis 5 ans, ORKYN’, entreprise d’Air Liquide Healthcare et acteur de référence de la prestation de santé à domicile, lance l’observatoire O’APIday pour mesurer l’impact de la mise sous pompe en hôpital de jour, en conditions standardisées.

A l’occasion du congrès annuel de la SFD, ORKYN’ a présenté les résultats intermédiaires d’inclusion de l’observatoire O'APIday. Cet observatoire a pour ambition d’apporter des éléments concrets et chiffrés sur l’impact de l’ambulatoire dans l’organisation des soins en diabétologie et sur le bénéfice apporté au patient. Les enseignements de cet observatoire seront interprétables dans un contexte standardisé limitant les biais, puisque la prise en charge du patient est assurée par un prestataire unique.

Les premières inclusions de cet observatoire ont débuté au sein de 33 hôpitaux répartis sur toute la France :

Déjà 80 patients inclus  dans l’étude O’APIday sur un objectif de 150, soit plus de la moitié des inclusions.

Premiers résultats d’inclusion de l’étude O’APIday

Avec ces premières inclusions, l’observatoire montre que les mises en place de pompe en ambulatoire sont réalisées auprès d’une population majoritairement diabétique de type 1jeune et ayant une bonne connaissance de sa maladie : diagnostic ancien, recours antérieur au capteur. Ces premiers résultats, reflet de la pratique réelle de la mise sous pompe en ambulatoire en France, seront consolidés sur l’année 2020 avec l’inclusion de nouveaux patients (objectif de 150 patients inclus). 

L’analyse des résultats de cet observatoire permettront d’apporter des données concrètes sur les atouts de l’ambulatoire :

  • sur la satisfaction des patients : notamment chez la personne diabétique active n’ayant pas la possibilité de séjourner 5 jours à l’hôpital.
  • sur l’efficacité de cette approche : l’éducation du patient à son domicile et dans ses conditions de vie réelle plutôt qu’à l’hôpital est susceptible de favoriser une meilleure observance au traitement.
  • ainsi que des données médico-économiques : la réduction du nombre de nuitées pour la mise sous pompe sont susceptibles de générer un réel avantage médico-économique de l’approche ambulatoire par rapport à la mise sous pompe conventionnelle à l’hôpital.
Le traitement en ambulatoire répond à la demande croissante d’autonomisation de la personne diabétique active

Une seule journée en hôpital de jour (HDJ), au lieu de cinq jours d’hospitalisation avec la mise sous pompe conventionnelle

Cette mise en place en ambulatoire est programmée lors d’une consultation d’évaluation de la prise en charge de la pompe et s’organise autour d’une journée en HDJ, avec formation technique initiale en consultation ou à domicile par l'infirmier conseil ORKYN'. 
Un des atouts de cette nouvelle approche est de limiter l’impact sur l'activité professionnelle et la vie privée du patient en préparant en amont la journée à l'HDJ et en proposant un suivi très rapproché au domicile suite à la mise sous pompe. Une seule journée en hôpital de jour est nécessaire, au lieu de 5 jours d’hospitalisation avec la mise sous pompe conventionnelle à l’hôpital.

  • Avant la journée d'hospitalisation, une infirmière spécialisée ORKYN’ forme le patient diabétique à son domicile sur la bonne utilisation des dispositifs médicaux associés à son nouveau traitement. Elle lui explique la manipulation de la pompe qui libérera en continu l’insuline et du capteur de glycémie pour mesurer le taux de glucose. 
  • L’hospitalisation de jour se déroule ensuite dans un centre de diabétologie initiateur. Une équipe multiprofessionnelle initie le traitement, adapte les doses d’insuline et les conduites à tenir, conseille le patient sur son hygiène de vie. Pendant toute la journée d'hospitalisation, l’infirmière ORKYN’ est présente aux côtés du patient pour expliquer le changement des consommables, le paramétrage de la pompe et répondre à toutes ses questions.
  • Passée cette journée, l’infirmière ORKYN’ assure un suivi régulier et rapproché au domicile du patient pour s’assurer avec lui que dans des conditions de "vie réelle" le patient est autonome pour gérer sa glycémie, et qu’il ne rencontre pas de difficulté particulière.  

Une organisation nouvelle avec des liens forts entre équipe hospitalière et ORKYN’

ORKYN’ travaille avec un collège de praticiens hospitaliers (GRAD - Groupe de Réflexion Ambulatoire de Diabétologues) depuis de nombreuses années pour déterminer et partager les bonnes pratiques pour l'initiation de l'insulinothérapie par pompe en ambulatoire. Cette mise sous pompe à insuline en ambulatoire ne peut se faire qu’avec une coopération et une compréhension mutuelle des acteurs de santé hospitaliers et du prestataire de santé à domicile. 

ORKYN’ œuvre pour le développement de cette approche en France. Le traitement en ambulatoire répond à la demande croissante d’autonomisation de la personne diabétique active. Cette formation et la prise en main des dispositifs médicaux sont de plus garants de la bonne observance au traitement par insulinothérapie par pompe. Cette pratique est aussi une source de réduction des dépenses pour les établissements de santé et l’assurance maladie.

Témoignage de Daniel, patient diabétique "Mise sous pompe à insuline en ambulatoire : rapide et facile."