Aller au contenu principal
Professionnels partenaires

Professionnels partenaires

Ouvert

Apnée du sommeil chez l'enfant

Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) touche environ 2% des enfants âgés de 2 à 8 ans, avec une fréquence la plus importante entre 3 et 6 ans1. L’apnée du sommeil de l’enfant peut avoir des conséquences néfastes sur sa santé et conduire à des troubles alimentaires ou comportementaux. Connaître les signes et en parler tôt au médecin traitant pour une prise en charge rapide peut permettre à l’enfant de retrouver un sommeil réparateur et limiter les conséquences liées à la privation de sommeil.

Facteurs de risque et signes de l’apnée du sommeil chez l’enfant

Tout comme chez l’adulte, l’apnée du sommeil se caractérise chez l’enfant par une obstruction partielle (hypopnée) ou totale (apnée) des voies aériennes supérieures pendant le sommeil. Ceci conduit à une interruption temporaire de la respiration pendant quelques secondes qui n’est pas toujours décelée par les parents. Ces interruptions respiratoires sont souvent accompagnées de ronflements, de difficultés à respirer, d’un sommeil agité, de transpiration, qui devraient alerter les parents sur la possibilité d’un SAOS chez leur enfant. Le diagnostic de SAOS de l’enfant est souvent tardif.

Si l’on ne connaît pas l’ensemble des mécanismes physiopathologiques impliqués, il semblerait que plusieurs facteurs de risques soient corrélés au syndrome d’apnée du sommeil chez l’enfant. Les enfants les plus à risque sont les enfants nés prématurément, asthmatiques, souffrant d’infections ORL fréquentes, les enfants ayant un reflux gastro-oesophagien (RGO) important, ou encore ceux dont l’un des parents fait de l’apnée du sommeil2. Secondaire il y a quelques années, l’obésité infantile joue aujourd’hui un rôle important dans la prévalence du syndrome d’apnée du sommeil chez l’enfant3.

Ces facteurs de risques seraient responsables :

  • d’un rétrécissement des voies aériennes entre les amygdales et les végétations, conduisant à une obstruction de la cavité nasale, 
  • d’une diminution du tonus musculaire, entraînant l’affaissement de la langue. En position reculée, la langue bloque alors le passage de l’air dans les voies aériennes.

Quelles sont les conséquences sur la santé de l’enfant ?

Une fois l’apnée du sommeil soupçonnée par les parents, il est important d’en informer le pédiatre au plus vite tant les conséquences sur la santé de l’enfant sont importantes.

Les conséquences fréquentes chez les enfants présentant des troubles respiratoires pendant leur sommeil sont :

  • Problèmes d’apprentissage et de mémorisation
  • Hyperactivité en journée et troubles de l’humeur
  • Prise de poids.

Dans les cas les plus graves, ces troubles du sommeil chez l’enfant peuvent également conduire à un retard de croissance staturo-pondérale4.

Les ronflements ainsi que l’interruption de la respiration de façon répétée pendant la nuit ont des effets néfastes sur la qualité du sommeil et conduisent à une somnolence pendant la journée. Ceci explique les difficultés que peuvent rencontrer ces enfants à l’école et justifient l’importance d’une prise en charge rapide de ces problèmes respiratoires par un médecin.

Enfin, il existe une forte corrélation entre l’existence d’une apnée du sommeil chez l’enfant et la prise de poids plus tard, à l’adolescence5.

Une apnée du sommeil sévère chez l’enfant double le risque d’obésité à l’adolescence

Un diagnostic pourra être établi grâce à un enregistrement polysomnographique en hôpital, en clinique, ou à domicile (seulement pour les enfants de plus de 3 ans). Si le diagnostic de SAOS est confirmé, différentes options thérapeutiques peuvent être proposées au jeune patient.

Quelles options thérapeutiques ?

Comme chez l’adulte, il existe des solutions permettant aux enfants souffrant d’apnée du sommeil de retrouver des nuits apaisées. Il ne s’agit pas de traitements médicamenteux mais, selon la cause de l'obstruction, d’approches par chirurgie, par rééducation musculo-fasciale ou par l’équipement d’un dispositif médical appelé PPC (pression positive continue).

Lorsque l’obésité est responsable, une perte de poids peut être indiquée et peut conduire à diminuer les symptômes. L’ablation des végétations et/ou des amygdales permet lorsqu’elle est indiquée de désobstruer le nez et de rétablir ainsi les fonctions respiratoires et la qualité du sommeil. La kinésithérapie linguale visant à renforcer le muscle lingual afin de le repositionner permet de dégager ainsi les voies aériennes. Enfin, la ventilation non invasive par pression positive continue permettra de pousser l’air ambiant dans les voies aériennes supérieures pour éviter qu’elles se collapsent.

Quelle que soit la cause de l’obstruction, des solutions existent. La prise en charge par des professionnels de santé spécialistes de l’apnée du sommeil chez l’enfant (médecin généraliste ou ORL en particulier) est nécessaire pour établir un parcours thérapeutique répondant à la nature du trouble observé.