Aller au contenu principal

Etude clinique @ctipark : premier patient inclus

@ctipark est une étude clinique pour évaluer les avancées et les bénéfices de l’actimétrie dans la prise en charge des patients parkinsoniens traités par pompe apomorphine

Pour la première fois en France, ORKYN’ a mis a disposition des professionnels de santé un dispositif médical innovant : l’actimètre. Il est utilisé pour la reconnaissance des symptômes moteurs de la maladie de Parkinson. Conçu spécifiquement dans cette optique par la société Global Kinetics Corporation, cet outil dispose d’un algorithme très puissant qui lui permet d’enregistrer et de distinguer les différents types de symptômes moteurs de la maladie (dyskinésie, bradykinésie, tremblement, période d’immobilité…). Porté sur le poignet par le patient, comme une montre pendant une semaine, ce dispositif médical s’adapte aisément au quotidien des malades à domicile. Il permet un enregistrement objectif de tous les symptômes dans les activités de tous les jours, sans entrave aux mouvements et avec discrétion, et cela tout au long de la journée, plusieurs jours d’affilé.

L’étude @ctipark, dont ORKYN’ est promoteur, est conçue pour évaluer les conditions d’utilisation et définir celles qui permettent de réduire la consommation de soins après initiation du traitement par pompe à apomorphine pour des patients parkinsoniens suivis à domicile. Cet enjeu médico-économique s’inscrit comme un des enjeux majeurs du 21e siècle pour garantir la pérennité du système de soins. L’étude @ctipark est menée auprès des centres hospitaliers initiateurs de traitement par stimulation dopaminergique continue.

Une phase pilote pour démontrer la fiabilité de l’actimétrie pour les patients parkinsoniens


Cette phase pilote a été initiée en novembre 2015, et a inclus plus de 200 patients, via 30 centres experts participants en France. Elle a permis de recueillir 500 rapports d’actimétrie. Ces relevés d’actimétrie ont été comparés à l’agenda sur lequel des patients notifient habituellement l’ensemble de leurs symptômes moteurs tout au long de la journée et les heures de prises médicamenteuses orales.

Cette phase pilote a permis de démontrer la fiabilité de l’actimètre de Global Kinetics Corporation et de valider son intérêt pour le neurologue, en lui offrant une vision fine et objective des fluctuations motrices de son patient pendant 6 jours, dans des conditions normales de vie au domicile. Elle a permis en outre de mesurer l’acceptabilité du dispositif médical par le patient.

Les résultats de la phase pilote valident donc que l’actimètre permet d’assurer une évaluation objective de l’état moteur[1],[2] et une meilleure appréhension du profil kinésique[3] du patient parkinsonien.

L'actimètre de Global Kinetics Corporation évalue objectivement l'état moteur et donne une meilleure appréhension du profil kinésique

Une 2ème étape pour évaluer les bénéfices de l’actimétrie pour le patient et le neurologue

Lancée avec l'inclusion du premier patient en septembre 2017, l’étude @ctipark prend la forme d’une étude interventionnelle, comparative, randomisée, prospective sur 6 mois, nationale et multicentrique. Elle est menée auprès de centres hospitaliers initiateurs de traitement par stimulation dopaminergique continue, déjà inclus dans la phase pilote.

Les patients éligibles à l’étude sont équipés de l’actimètre et randomisés en 2 bras :

  • bras contrôle : les patients sont équipés de l’actimètre avant la mise sous pompe et 6 mois après la mise sous pompe,
  • bras actimétrie renforcée : les patients sont équipés de l’actimètre avant l’hospitalisation et à quatre reprises pendant les 6 premiers mois après la mise sous pompe.
Septembre 2017 : inclusion du premier patient dans l'étude @ctipark


L’étude @ctipark a pour objectif de déterminer l’impact de l’utilisation de l’actimétrie, à la fois pour les patients, pour les médecins, mais aussi sur la diminution de la consommation de soins pour le système de santé.

Ainsi, les résultats de l’étude évalueront les bénéfices de cette nouvelle technologie dans :

  • l’ajustement du traitement pour une meilleure qualité de vie du patient (l’objectivité des enregistrements par l’actimètre facilite la titration de la pompe par le neurologue)
  • l’échange amélioré entre patient et neurologue sur la base objective des rapports générés par l’actimètre
  • la diminution des contraintes pour le patient (l’enregistrement des symptômes par l’actimètre lui permet de ne plus avoir à remplir son agenda)
  • l’amélioration de son observance (l’actimètre rappelle au patient les prises médicamenteuses, à heures fixes)

Pour le médecin, l’enregistrement objectif et fiable des symptômes qu’offre l’actimétrie lui permettra d’affiner les doses délivrées par la pompe. Effectivement, la titration de la pompe pour équilibrer les signes moteurs peut prendre plusieurs mois suite à l’installation.

Cette nouvelle technologie devrait démontrer un gain de temps, une efficacité thérapeutique accrue, et une optimisation de la durée d’hospitalisation (temps d’hospitalisation diminué, risques de ré-hospitalisation…).

L’étude est coordonnée par un Comité Scientifique constitué :

  • Investigateur principal : Pr David DEVOS, Neuropharmacologue, CHRU Lille
  • Dr Isabelle BENATRU, Neurologue, CHU de Poitiers
  • Dr Christine BREFEL-COURBON, Neurologue, CHU Toulouse
  • Dr Mélissa TIR, Neurologue, CHU Amiens

[1] Griffiths RI, et al. Automated Assessement of bradykinesia and dyskinesia in Parkinson’s disease. Journal of Parkinson’s disease.2012;2(1):47-55.Epub 2012/01/01
[2] Horne MK, Mc Gregor S, Bergquist F. An objective fluctuation score for Parkison’s disease. PLoS ONE.2015;10(4):e0124522. Epub 2015/05/01
[3] Weidong P, et al. Actigraphy monitoring of symptoms in patients with Parkinson’s disease. Physiology &Behaviour. 2013 ;119 ;156-160

Download the document

Learn more about