Aller au contenu principal

Professionnels partenaires

Professionnels partenaires

View

Parlons-en

View

Bienvenue sur Webzyn'

La maladie de Parkinson affecte-t-elle différemment les hommes et les femmes ?

15/10/2019 - 11:26 am - Bien vivre

Les symptômes de la maladie de Parkinson sont-ils différents pour les sujets féminins et masculins ? Selon une revue¹ spécialisée, les différences biologiques liées au sexe, telles que les œstrogènes, pourraient jouer un rôle important dans le développement de la maladie de Parkinson et ses manifestations symptomatiques.

Des différences entre les symptômes moteurs et non-moteurs

Si la maladie de Parkinson touche 2 fois plus les hommes que les femmes, la progression de la maladie semble plus rapide chez les femmes.

Des différences dans l’expression clinique de la maladie apparaissent entre la femme et l’homme. Ainsi, il semblerait que : 

  • chez la femme, les symptômes moteurs apparaissent plus tardivement. Les tremblements sont souvent le premier signe de la maladie avec une instabilité posturale plus fréquente, des chutes et un risque plus élevé de complications motrices liées à la lévodopa.
  • chez l’homme, les manifestations symptomatiques posturales sont plus fréquentes telles une antéflexion du tronc, un syndrome de Pise ou une scoliose.
  • La prévalence et la sévérité des symptômes non-moteurs semblent également différer entre les femmes et les hommes. Ainsi, la fatigue, la dépression, les douleurs, la constipation ou les jambes sans repos sont plus fréquents et plus sévères chez la femme. A l'inverse, les troubles du contrôle des impulsions ou du contrôle des émotions semblent plus sévères chez les hommes. 
" Cela devient évident que la maladie de Parkinson est différente entre les hommes et les femmes " 2

Si aujourd’hui il existe des différences entre les femmes et les hommes en terme de développement de la maladie, cela reste une maladie multifactorielle autant liée à des facteurs génétiques, environnementaux que le profil hormonal. Aussi, un possible effet neuroprotecteur des œstrogènes est difficile à démontrer. Le fait que l'incidence de la maladie devienne similaire entre les femmes ménopausées et les hommes suggère un effet bénéfique des oestrogènes. 

"Comme les œstrogènes ont des propriétés anti-inflammatoires, leurs actions pourraient être une partie de l’explication des différences de risque et de symptômes liées au sexe." 3

Les différences d’expression de la maladie de Parkinson et des réponses aux traitements entre les femmes et les hommes devraient encourager la communauté scientifique et les décideurs politiques à adapter la prise en charge de la maladie aux profils des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

Sources 

1- Journal of Parkinsons disease
2-  Fabio Blandini, auteur principal de l’étude
3-  Silvia Cerri, co-auteure de l’étude